Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En Centrafrique, le personnel de la Mission multidimensionnelle des Nations Unies pour la stabilité en Centrafrique (MINUSCA) sont régulièrement accusés d’auteurs des actes d’Exploitation et Abus Sexuels (EAS). Ces informations sont souvent publiées de tort à travers dans certains médias de la place. L’équipe de conduite et de discipline de cette institution onusienne appelle au professionnalisme dans le traitement de ces informations.

A l’issue d’un atelier sur la prévention et réponse à la problématique des Exploitations et Abus Sexuels, organisé par l’équipe de conduite et de discipline de la MINUSCA, à l’intention des journalistes, le 6 juin 2022 à Bangui, la MINUSCA à travers cette équipe a présenté sa politique de prévention et de protection des victimes et témoins de ces actes. Elle appelle les participants à dénoncer ces cas et à bien traiter ces informations avec sources fiables.

Afin d’emmener les professionnels de médias de mieux traiter et d’avoir des contenus pertinents pour sensibiliser les populations et victimes des facteurs de risques que représente ces actes. Plusieurs modules liés à la prévention et réponses aux EAS : (i) le rôle et contribution communautaires des médias dans la lutte contre les EAS, (ii) les mécanismes communautaires de prévention ; (iii) le principe de confidentialité et du signalement ; (iv) la politique des Nations Unies dans lutte contre les EAS ont été présentés à tour de rôle par la division de la communication stratégique et de l’information publique et l’équipe de déontologie et de  discipline de la MINUSCA.

Adama Coumba Ndao, chef de service, déontologie et discipline de la MINUSCA, est revenue sur l’objectif de celui-ci et a présenté le rôle et la responsabilité de son équipe. « Nous constatons que les communautés ont très peu d’information concernant la politique des Nations Unies dans lutte contre les EAS. Alors que l’équipe de CDT a mené beaucoup d’activités de sensibilisation – information tant auprès des communautés que du personnel de la MINUSCA sur les risques de cette pratique. Certains organes de presse ont tendance à publier des informations des EAS impliquant le personnel des Nations Unies avec très peu de fiabilité. L’équipe de CDT est disposée à travailler en collaboration avec la presse pour traiter ces informations », a renchéri, Mme Adama.

Benoît Mbétihoro, journaliste à radio la Voix de Kémo, participants à cet atelier s’est réjoui des connaissances reçues après cette sensibilisation. Il se dit désormais bien outiller pour passer les messages de lutte contre les actes d’exploitation et d’abus sexuels dans sa localité.

Husseini Mahamat

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :