Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le directeur général de l’Office National de Promotion et de Gestion des Infrastructures Sportives Publiques (ONASPORTS), Hervé Sévérin Lidamon, est sorti de son silence pour donner sa (vraie) version des faits dans l’affaire qui oppose l’institution dont il a la charge et l’espace culturel Missy Momo, situé dans la concession du complexe sportif Barthelemy Boganda de Bangui.

Hervé-Sévérin Lidamon, directeur général de l'ONASPORTS (crédit photo : Steven/LANOCA)

C’est après la conférence de presse donné par le collectif des artistes et musiciens, le 26 août 2021, à l’espace culturel Missy Momo, que le Directeur Général de l’ONASPORTS, Hervé Sévérin Lidamon, a convié les médias, le 3 septembre 2021, pour donner sa version des faits dans cette fameuse affaire de déguerpissement ordonné au promoteur de l’espace culturel Missy Momo.

A en croire le Directeur général de l’ONASPORTS, cette affaire n’engage en rien les artistes, c'est plutôt un dilemme entre cet espace culturel et son institution.

Les faits :

En  janvier 2021, la direction générale de l’ONASPORTS a entrepris une réforme administrative et managériale  de  l’institution. Cette réforme est enclenchée après une série de dysfonctionnement administratifs ayant entrainé la suspension des matches internationaux au complexe sportif Barthelemy Boganda infligée par la Confédération Africaine de Football (CAF). 

S’agissant de l’espace culturel Missy Momo, dont le propriétaire est Armand Touaboy, un flou plan dans le dossier dont seul l’ancien directeur général de l’ONASPORTS est en le responsable.  Il semblerait que dès la prise de fonction de la nouvelle équipe dirigeante de cet office, une demande d’extension de l’espace  a été introduite par le promoteur de Missy Momo, le 26 avril 2021. Cette extension devrait être faite à proximité du bloc électrique du complexe sportif Barthelemy Boganda.

Cette demande n’a pas reçu une réponse favorable de la  Direction générale de l’ONASPORTS.  Une correspondance a été adressée à cet effet au promoteur de l’espace, le 29 avril 2021. La direction de l’ONASPORTS justifie son refus par le fait que l’espace sollicité par Armand Touaboy est déjà légué à a fédération centrafricaine de Tir à l’Arc pour construire un aire de jeu.

Mais, le promoteur de l’ONASPORTS s’est entêté et a entrepris des travaux sans une autorisation préalable de la direction générale de l’ONASPORTS. Ainsi, le directeur général de l’ONASPORTS, par une correspondance datée du 18 juin 2021, a demandé l’arrêt immédiat des travaux, cette instruction n’a pas été observée.

Face à la moralité (douteuse) du promoteur de l’espace culturel Missy Momo, le directeur général de l’ONASPORTS  s’est posé des questions sur les clauses du contrat entre l’espace Missy Momo et l’ONASPORTS.  Le conseil d’administration de l’office est saisi et s’est penché sur le dossier. 

A l’issue de la réunion du conseil d’administration de l’office, il ressort que le contrat Missy Momo et ONASPORTS est entachée d’irrégularité et nécessite une révision.

Des irrégularités :  

Primo : le contrat est signé à une période où  a été lancé l’appel à candidature  pour le recrutement du nouveau directeur général de l’ONASPORTS.  L’ancien directeur général ne gérait que des affaires courantes et n’avait aucune décision à prendre  ou signer des documents qui engageraient l’avenir de l’institution.

Secondo, l’existence d’un autre contrat signé entre Missy Momo et le Ministère de la Jeunesse et des Sports pour l’exploitation pour une durée de 30 ans, de l’espace situé sur l’allée présidentielle du complexe Sportif Barthelemy Boganda. Un bâtiment est construit sur cette allée avec plusieurs compartiments mis en location par le promoteur de Missy Momo. Pour  ces locaux mis en location, Missy Momo, ne versera que 20 000 FCFA par mois à l’ONASPORTS.

 L’ONASPORTS est doté d’une autonomie de gestion, le ministre n’a pas l’habilité à signer un contrat en lieu et place  de l’ONASPORTS.

Au regard de tous ces constats, le conseil d’administration a décidé à l’unanimité d’annuler le contrat entre Missy Momo et ONASPORTS.

 

Steven

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :