Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lancé en décembre 2018, à Paoua, au nord de la République Centrafricaine, par le président Faustin Archange Touadera, le programme Désarmement Démobilisation et Réinsertion censé restaurer la paix, est  en train de se rater son pari. Et pour cause, les principaux groupes armés signataires de l’accord politique pour la Paix et la Réconciliation en République Centrafricaine (APPR-RCA) ont repris les armes avec la naissance de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) en décembre 2020.

Le lancement du DDR était effectif grâce à l’appui des partenaires internationaux. Plusieurs groupes armés et des volontaires ont accepté de restituer des armes et autres effets militaires qu’ils avaient à leur possession. Plusieurs villes et villages ont été sillonnés par l’équipe gouvernementale chargée du DDR appuyée par la MINUSCA pour son expertise en la matière. Honnêtement, le gouvernement centrafricain s’est résolument engagé pour accompagner le processus du DDR avec la création d’un ministère en charge du DDR. C’est un pas positif malheureusement, quelques groupes armés n’ont pas obtempéré à leurs engagements conformément aux dispositions de l’APPR-RCA.

Selon des informations recueillies auprès des populations des villes où il y’a eu le DDR, les ex- combattants déposaient volontairement des armes légères et des armes de fabrication artisanale mais ont gardé par devers eux des armes lourdes qui leur ont permis de reprendre les attaques contre les positions des forces loyalistes appuyées par les instructeurs militaires russes dont l’objectif était de faire tomber le régime de Bangui. Les attaques déclenchées en décembre 2021 et le 13 janvier 2021illustrent le désengagement des groupes armés au programme du DDR.

La situation est devenue de plus en plus préoccupante et inquiétante. A cette allure, le DDR enclenché en 2018 est –il encore nécessaire ? La réponse pourrait être affirmative dans la mesure où le gouvernement a engagé une lutte contre les groupes armés qui se sont désolidarisés de l’APPR-RCA, afin de les contraindre à déposer les armes. Il suffit de revoir les procédures et le mécanisme du DDR. Un DDR musclé et robuste, voire forcé des rescapés des combattants de la CPC,  pourrait contribuer à la sécurisation du pays.

Husseini Mahamat

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :