Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

DÉCLARATION DU HAUT COMMISSAIRE DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS FILIPPO GRANDI À L’OCCASION DE LA JOURNÉE MONDIALE DES RÉFUGIÉS – 20 JUIN 2021

 

Il y a deux jours, nous avons annoncé qu'un nombre sans précédent de personnes ont été contraintes de fuir leur foyer. Plus de 82,4 millions d'hommes, de femmes et d'enfants ont vu leur monde bouleversé par la guerre, la violence et la persécution. Alors que le reste d'entre nous a passé une grande partie de l'année dernière à la maison pour rester en sécurité, ces personnes ont dû fuir leurs maisons simplement pour rester en vie.

 

Et comme les dirigeants mondiaux semblent incapables ou peu désireux de faire la paix, de plus en plus de personnes déplacées en paient le prix. Rien qu'au cours des trois dernières années, environ un million d'enfants sont nés dans une vie d'exil. Que réserve leur avenir ? Quelles possibilités auront-ils de réaliser leur potentiel ?

 

Aujourd'hui, la Journée mondiale du réfugié devrait servir de rappel brutal aux responsables politiques de la nécessité de faire davantage pour prévenir et résoudre les conflits et les crises. Et de l'impératif de protéger les personnes, quelles que soient leur race, leur nationalité, leurs croyances ou autres caractéristiques. De la nécessité de s'exprimer et de combattre l'injustice, au lieu d'alimenter la division et de fomenter la haine. De se résoudre à trouver des solutions pragmatiques et durables aux crises au lieu de rejeter la faute sur les autres ou de vilipender les victimes.

 

En d'autres termes, les dirigeants doivent se mobiliser et travailler ensemble pour résoudre les problèmes mondiaux actuels.

 

Pourtant, la Journée mondiale du réfugié est aussi l'occasion de célébrer la force d'âme des réfugiés. Ceux qui ont été dépouillés de tout et qui, pourtant, continuent à avancer, portant souvent les blessures visibles et invisibles de la guerre, de la persécution et de l'angoisse de l'exil.

 

Au cours des derniers mois, une période dominée par la pandémie, nous avons vu que les réfugiés - tout en ayant besoin, en méritant et en ayant le droit à la protection internationale, à la sécurité et au soutien - donnent également à chacun ce qu'il lui doit et de soutien - se rendent également service les uns aux autres et à leurs communautés d'accueil. 

 

Lorsqu'ils en ont eu l'occasion, ils se sont précipités en première ligne de la réponse au COVID-19 en tant que médecins, infirmières, nettoyeurs, travailleurs humanitaires, soignants, commerçants, éducateurs, et bien d'autres rôles, fournissant des services essentiels alors que nous luttions collectivement contre le virus. Nous les avons vus, ainsi que leurs hôtes, partager de manière désintéressée leurs maigres ressources et aider les personnes les plus démunies.

 

Le mois prochain, nous les verrons dans une autre arène, démontrant ce qu'il est possible de faire si l'on est inclus dans la société et si l'on bénéficie des mêmes opportunités que le reste d'entre nous : les athlètes réfugiés s'approcheront de la ligne de départ alors qu'ils rivaliseront avec les meilleurs du monde aux Jeux olympiques de Tokyo.

 

Ainsi, en cette Journée mondiale des réfugiés, alors que nous nous arrêtons pour exprimer notre solidarité avec les réfugiés dans nos communautés et dans le monde entier, j'espère que chacun d'entre nous reconnaîtra et admirera également le dynamisme, la détermination et les contributions des personnes contraintes de fuir. Mes collègues et moi-même avons le privilège d'être les témoins quotidiens de leur ténacité et de leurs réalisations, ce qui - surtout aujourd'hui - devrait être une source d'inspiration pour tous, partout.

 

Stella Fatime

 

Public Information and Communication Associate

 

Office: +23670552881|Mobile: +23672506484| Watsap: +23675558464| Pama: 90236012114

 

Crédit photo : Anti Infox

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :