Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Conférence Internationale pour la Région des Grands Lacs (CIRGL), a organisé une formation des formateurs du 28 au 30 avril 2021, à Bangui, en République Centrafricaine.

Ces sessions ont pour objet d’améliorer les capacités des formateurs nationaux et des Maîtres formateurs du Centre régional de formation de la CIRGL avec de nouvelles connaissances sur les modèles-approches holistiques pour mieux prévenir et répondre aux cas des VSBG dans les États pilotes.

La formation de Bangui qui s’inscrit dans le processus de recyclage des formateurs a été animée par trois formateurs du Centre régional de Kampala et trois Experts formateurs des Fondations Panzi-Mukwege impliqués dans le développement de ce modèle intégré.

LANOCA publie l’intégralité du discours de la directrice du Programme Genre, Femmes et Enfants à la CIRGL, Eliane –Berthe Mokodopo.

 

 

Allocution de la Directrice du Programme Genre, Femmes et Enfants, à la cérémonie d’ouverture de la session de formation des formateurs de la RCA

                                                                                    Bangui, 28 avril 2021

L’honneur m’échoit de prendre la parole au nom du Secrétaire Exécutif de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs, l’Ambassadeur Joao Samuel CAHOLO, pour vous souhaiter la bienvenue, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la session de formation des Experts Formateurs affiliés au Centre Régional de Formation de Kampala sur le modèle intégré de la prévention et la répression de la violence sexuelle et basée sur le genre à Bangui en Centrafrique.

Permettez-moi tout d’abord de m’acquitter d’un devoir, celui de remercier encore une fois le Gouvernement centrafricain qui a bien voulu accepter d’abriter cette formation et de souhaiter la bienvenue à nos formateurs.

Qu’il me soit également permis de remercier les collègues qui ont bien voulu faire le déplacement de Bangui et les formateurs nationaux d’avoir accepté de participer encore une fois à la session.

Ma gratitude va aussi à l’endroit du Centre régional de formation sur la prévention et la répression des VSBG ainsi que les Fondations Panzi/Dr Mukwege pour leurs appuis sans cesse renouvelés aux différentes sessions de formations dans les pays pilotes à savoir le Rwanda, l’Ouganda en 2020, la RDC, la Zambie et durant les trois prochains jours le Centrafrique cette année.

Monsieur l’Ambassadeur,

Mesdames et Messieurs les Formateurs,

Distingués participants,

Comme vous le savez, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Région des Grands Lacs ont reconnu que les VSBG constituaient un crime et un véritable problème de santé publique.

C’est ainsi qu’ils se sont engagés à travers la signature du Pacte sur la sécurité, la stabilité et le Développement dans la Région des Grands Lacs et ce en conformité avec le Protocole sur la prévention et la répression de la violence sexuelle à l’égard des femmes et des enfants et la Déclaration de Kampala, à lutter contre ce fléau, grâce à des mesures de prévention, de pénalisation et de répression en temps de paix comme en temps de guerre, conformément aux lois nationales et au droit pénal international.

Malgré l’existence d’un cadre légal, de Politiques tant au niveau national que régional destinés à prévenir et à lutter contre les VSBG, des études continuent de révéler la recrudescence des cas de VSBG dans la Région.

Les effets dévastateurs de ces crimes affectent profondément et durablement les individus, les familles, les communautés et les conséquences en sont dramatiques. Il s’agit des séquelles de l’acte, de la discrimination, la marginalisation, l’exclusion sociale, le retentissement psychologique, la peur des maladies sexuellement transmissibles et du VIH/SIDA, des grossesses non désirées, la perte de la dignité pour ne citer que celles-là.

La pandémie de la Covid-19 apparue en 2019 a entraîné, une crise socio- économique sans précédent et est venue exacerber les économies les plus fragiles et les populations les plus vulnérables. Les femmes et les filles ont été durement touchées par les conséquences multiformes de cette crise sanitaire. En effet les mesures de confinement et de restrictions imposées par les Etats membres, ont favorisé la hausse des cas de VSBG dans les familles et au sein des communautés.

 

Depuis sa création en 2014, le Centre Régional de Formation de la CIRGL a adopté le modèle socio-écologique pour former et sensibiliser les professionnels qui travaillent sur la prévention et la gestion des cas de VSBG dans la Région.

Toutefois, différents partenaires et parties prenantes ont formulé des recommandations allant dans le sens de la mise en place d’un modèle holistique à l’effet de répondre de manière optimale aux cas de VSBG dans la région. Le modèle intégré a été développé par les Experts formateurs du Centre Régional de Formation de la CIRGL avec l’appui des Fondations Panzi/Dr. Denis Mukwege. Ce Modèle intègre l’approche holistique à apporter aux survivants des VSBG pratiquée au niveau de la fondation Panzi, à savoir le soutien psycho-social, médical, l’assistance juridique et la réintégration sociale, couplé de l’approche socio- écologique utilisée par le Centre de Kampala.

Afin de promouvoir ce modèle dans la Région des Grands Lacs, des formations des formateurs ont été organisées dans quatre des cinq pays pilotes et dans les trois prochains jours en Centrafrique, afin de renforcer les capacités des formateurs affiliés au Centre de formation.

Ces sessions ont pour objet d’améliorer les capacités des formateurs nationaux et des Maîtres formateurs du Centre régional de formation de la CIRGL avec de nouvelles connaissances sur les modèles/approches holistiques pour mieux prévenir et répondre aux cas des VSBG dans les États pilotes.

La formation de Bangui qui s’inscrit dans le processus de recyclage des formateurs sera animée par trois formateurs du Centre régional de Kampala et trois Experts formateurs des Fondations Panzi/Mukwege impliqués dans le développement de ce modèle intégré.

Avant de terminer mes propos, je voudrais exprimer ma sincère gratitude à l’endroit des partenaires qui soutiennent foncièrement et techniquement le projet je veux citer: l’UE, le ministère allemand de la coopération économique et du développement à travers la GIZ qui a facilité le partenariat entre les Fondations Panzi - Dr. Mukwege et le Centre régional de formation de Kampala, partenariat qui a rendu possible l’intégration de l’approche holistique dans la lutte contre les VSBG et la prise en charge des survivants dans les curricula de formation et au sein des Etats membres de la CIRGL.

Il serait plus qu’opportun pour les parties prenantes à cette session et les Etats membres de s’approprier cette nouvelle approche pour une prise en charge effective et de qualité des survivants des cas de VSBG et que les Etats s’engagent à apporter un soutien conséquent et multiforme aux formateurs des formateurs, aux ministères sectoriels ainsi qu’aux structures de prise en charge des victimes.

Je vous remercie pour votre aimable

script : Arsène-Jonathan Mosseavo

   

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :