Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La diffusion de l’enquête de radio France Internationale (Rfi ) sur des présumés crimes qu’auraient commis des militaires centrafricains (FACA) et leurs alliés notamment des instructeurs russes, sur des civils, continue de susciter des réactions des populations, organisations de la société etc. L’enquête intitulée « Centrafrique, des  victimes des exactions des russes brisent la loi du silence » choque encore.

Selon certaines sources , les offensives lancées par les FACA et leurs alliés russes et rwandais contre les positions des groupes armés qui ont fait allégeance à la coalition des patriotes pour le changement (CPC) , les populations des villes reprises par les forces loyalistes , sont contentes de retrouver la quiétude et surtout la paix pour vaquer librement à leurs occupations quotidiennes.  « A chaque libération d’une ville par les forces gouvernementales et alliées, c’est la liesse de joie au sein de la population. Mais, pourquoi tenter de dénigrer ces forces qui ont en moins de 4 mois d’opérations, font  un travail rassurant, alors que d’autres forces étrangères dont la Sangaris et les casques bleus de la Minusca  n’étaient pas en mesure de le faire malgré un mandat « robuste » dont dispose la MINUSCA relatif à la protection des civils pendant les conflits » ? S’interroge un citoyen d'une ville libérée

De l’opinion de certaines catégories de personnes qui suivent de près la situation sur le terrain, le reportage de Rfi  est une campagne basée sur des subjectivités qui est mise en place pour dénigrer les FACA et leurs alliés principalement les russes, puisque Rfi ne cite pas les militaires dans son reportage. Pour d’autres, Rfi aurait payé des gens pour faire des témoignages en défaveur « surtout » des russes.

Comme droit de réponse, Rfi sur son site internet, justifie la diffusion de ce reportage en annonçant que des autorités centrafricaines notamment le porte-parole de la présidence centrafricaine, Albert Mokpeme Yaloké et le ministre de la communication et des Médias, porte –parole du gouvernement, Ange Maxime Kazagui, que le fruit de ses investigations été soumis, le 19 avril 2021 à ces deux personnalités avant publication. « Ils n’ont pas répondu à nos sollicitations », a précisé Rfi.

Campagne de dénigrement ou réalité ? La question reste posée mais à Bangui, le reportage de Rfi choque encore des gens.

Qu’à cela ne tienne, les FACA et leurs alliés poursuivent les opérations de ratissages et de libération des villes encore sous contrôles des groupes armés et ce avec succès.

Abu Hamza

Image d'archives 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :