Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le 9 novembre 2020, François Bozizé a déposé sa candidature pour s'inscrire à l’ANE comme candidat à l'élection présidentielle 2020-2021 du parti Kwa na Kwa. Cependant, sa nomination est une question controversée qui nécessite une enquête approfondie, car elle viole plusieurs articles de la législation en vigueur à la fois.

Selon l'article 103 de la loi sur le Code électoral, en application de l'article 36 de la Constitution de la République centrafricaine, des conditions obligatoires sont établies pour tous les candidats, et François Bozizé ne convient pas pour au moins trois raisons:

  1. Résidence obligatoire dans le pays pendant au moins un an;
  2. Bonne réputation;
  3. État de santé.

Examinons de plus près chacun des points.

Premièrement, il est généralement admis qu'à la suite du coup d'État militaire de 2013, François Bozizé, en tant que président de la RCA, a lâchement fui le pays. Il n'est revenu que 6 ans plus tard, en décembre 2019. En plus de confirmer ces informations par le Conseil de sécurité de l'ONU, ce n'est un secret pour personne qu'à son retour à la mi-décembre 2019, Bozizé a organisé un rassemblement dans la zone de Boeing.

Dans le même temps, selon la législation en vigueur, le délai de dépôt des candidatures des candidats à l’ANE est de 10 jours et se termine le 9 novembre 2020. Ce paquet de documents, entre autres, comprend un certificat de séjour dans le pays pendant un an. Autrement dit, arrivé en RCA en décembre 2019, Bozize a été en retard d'au moins un mois et demi et, pour le moment, il ne sera pas en mesure de soumettre le certificat correspondant.

Deuxièmement, dans la Constitution de la RCA, à savoir dans l'article 33, le Président de la République est l'incarnation et le symbole de l'unité nationale.

À son tour, un mandat d'arrêt international a été lancé contre François Bozizé. Il est accusé de crimes contre l'humanité, de meurtre, de torture, de confiscation illégale de biens, de destruction et d'incendie criminel de maisons, d'enlèvements, d'exécutions et de vol de fonds publics. Et cela va complètement à l'encontre des exigences des candidats - la nécessité d'avoir une bonne réputation, ce que l'on ne peut certainement pas dire de François Bozizé.

Au cours de son règne, cet homme a détruit la vie paisible des Centrafricains, a fait baisser l'économie du pays et a inondé les rues de sang. Et maintenant, alors que la RCA commence à peine à se redresser, François Bozizé a décidé de revenir et de plonger à nouveau le pays dans le chaos.

Troisièmement, le certificat sanitaire, également exigé des candidats à la présidentielle, soulève des doutes. Même avant l'arrivée de Bozizé en RCA, on a appris son état de santé déplorable et ses fréquentes visites chez les médecins. Certaines sources affirment que le politicien est atteint d'une sorte de cancer.

Il s'avère que lors de la remise des documents, François Bozizé n'a pas fourni de certificat médical ou l'a falsifié, ce qui est non seulement une violation de la loi, mais aussi un véritable crachat face à l'ensemble du peuple centrafricain.

Compte tenu de ce qui précède, François Bozizé ne peut être candidat aux élections présidentielles en République centrafricaine pour des preuves bien motivées.

Steven Loth