Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le peuple renoue avec son armée par sa présence sur le terrain. Entre 2013 et 2015, les forces armées centrafricaines étaient en trêve : Pas d’activités de terrain. L’armée était en déconfiture. A partir de 2018, l’espoir renait au sein de l’armée.

Les partenaires internationaux de la République Centrafricaine, l’union européenne, la France, les Etats-Unis, la Chine et la Russie ont tout mis en œuvre pour appuyer la restructuration de l’armée nationale. Chaque pays et partenaire a joué sa partie : dotation en équipements militaires,  véhicules légers, armes légères, construction des infrastructures  pour la logistique etc. La sécurité est ainsi renforcée dans une bonne partie du pays.

Des formations sont intensifiées pour rendre les militaires plus efficaces et opérationnels après trois ans d’inactivités sur le terrain. Avec le renforcement de la coopération dans le domaine militaire avec la Russie, plus de 3000 militaires sont formés par des instructeurs russes à Berengo, situé à 65 km au sud de Bangui, la capitale. Un satisfecit pour le pays et son peuple.  A cela s’ajoute des appuis multiformes et des négociations auprès des Nations-Unies pour la levée totale de l’embargo sur les armes à destination de la République Centrafricaine.

Plus de 1000 militaires vont bientôt intégrés le rang de l’armée grâce à la volonté du président de la République, Faustin Archange Touadera, de créer un armée de garnison pour être plus proche des  populations sur toute l’étendue du territoire national. Un projet qui tient  le chef de l’Etat qui l’a réitéré le 14 novembre 2018 lors de sa rencontre avec les généraux au palais de la renaissance.

La restructuration de l’armée centrafricaine est en marche

Diane Marème

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :